Tribunes d'expression

Tribunes d'expression

La tribune est une expression politique prévue par les textes officiels et qui paraît dans le mensuel d'information du Conseil général de la Côte-d'Or.

L'emploi au cœur de nos préoccupations

Alors que nous assistons pour le quatrième mois consécutif à une baisse du nombre de demandeurs d’emploi, nous ne pouvons pour autant laisser croire à la fin du chômage de masse dans les prochains mois. En effet, cette baisse ne saurait masquer les difficultés croissantes des citoyens.

Face à un service public de l’accès à l’emploi au bord de la rupture sans réponses suffisantes à apporter, les conditions d’accès à l’emploi demeurent laborieuses. En outre, les emplois créés, de trop courtes durées avec de très faibles rémunérations, accentuent la précarité et l’incertitude désormais érigées comme normes. Par ailleurs, ce phénomène observé participe activement du découragement, voire de l’indignation de la jeunesse. La France est l’un des pays européens qui a le plus fort taux de chômage chez les jeunes.

Dans le même temps, les mesures d’abattement fiscal relatives aux heures supplémentaires prises par le gouvernement UMP et à destination des entreprises, demeurent en augmentation, freinant ainsi considérablement les créations d’emplois.

Dans ce contexte, le Conseil Général de la Côte d'Or peut agir dans le domaine de l'emploi et de l'insertion dans le cadre de ses compétences. Aussi, le groupe des Forces de Progrès souhaite que soit mis en place un plan d'accompagnement fort pour l’emploi, par le biais de mesures incitatives sur le territoire de la Côte-d’Or à travers plusieurs mesures concrètes :

● Développer les micros crédits personnels et sociaux afin de permettre aux particuliers confrontés à des difficultés financières de démarrer ou redémarrer une activité entrepreneuriale ou personnelle ;

● Soutenir l’activité et la pérennité des structures d’insertion contribuant à l’accès à l’emploi des personnes en difficultés sociales et professionnelles ;

● Accompagner les projets d’Economie Sociale et Solidaire liés à une consommation de proximité et durable ;

● Favoriser le développement des Contrats de Professionnalisation en direction des PME et TPE s’engageant à embaucher des jeunes de moins de 30 ans ;

● Bâtir une réelle politique de “sécurisation des parcours professionnels” afin de faire de la formation tout au long de la vie un axe important des politiques publiques, en lien avec la Région et les agglomérations ;

● Introduire une clause sociale dans les marchés publics afin d’ouvrir les chantiers du Conseil Général aux personnes en insertion.

Nous contribuons par ces idées au débat, pour innover et agir, il appartient à la majorité UMP-NC de prendre ses responsabilités.

 

Tribune publiée dans le numéro de juillet-août 2011 de Côte-d'Or Magazine.


La démocratie locale attaquée

A l’heure où les questions ne manquent pas sur l’état de la démocratie dans notre pays, quand dans de nombreux pays elle redevient un horizon possible, deux mesures sectaires, absurdes et néfastes viennent d’être prises par la droite.

Lors de la session du conseil général de la Côte d’Or jeudi 21 avril dernier la majorité UMP-Nouveau centre a décidé qu’au sein des conseils d’administration des collèges et des maisons de retraite, seuls les élus membres de la majorité exécutive représenteront le département. En justifiant ce choix, le Président du Conseil général a fait voler en éclat le consensus respecté depuis des décennies sur la présence de l’élu territorial, déniant donc que pour défendre les besoins des établissements, des élèves, des familles, nul n’est mieux placé que l’élu local, qu’il soit de gauche ou de droite.

Ainsi dans les conseils d'administration des collèges Claude Guyot à ARNAY-LE-DUC, Jean Lacaille à BLIGNY-SUR-OUCHE, Georges Brassens à BRAZEY-ENPLAINE, Edouard Herriot et du Chapitre à CHENOVE, Camille Claudel à CHEVIGNY-SAINT- SAUVEUR, Carnot, Champollion, Clos de Pouilly, Gaston Bachelard, Jean-Philippe Rameau, Henri Dunant, Les Lentillères, Le Parc, Marcelle Pardé, Gaston Roupnel, et André Malraux à DIJON, Albert Camus à GENLIS, La Champagne à BROCHON, Emile Lepitre à LAIGNES, François de La Grange à LIERNAIS, Roland Dorgelès à LONGVIC, Marcel Aymé à MARSANNAY-LA-COTE, Pasteur à MONTBARD, Félix Tisserand à NUITS-ST-GEORGES, André Lallemand à POUILLY-EN-AUXOIS, Jean Rostand à QUETIGNY, des Hautes Pailles à ECHENON, Champ Lumière à SELONGEY, Jacques Mercusot à SOMBERNON, Alésia à VENAREY-LES LAUMES

Et dans les conseils d'administration des Maisons de retraite publique à Bligny-sur-Ouche, Laignes, Longvic, Pouilly en Auxois et Saint Jean de Losne.

Entre la logique sectaire du Président du Conseil général et la logique de la démocratie locale, un choix a été fait. La majorité UMP-Nouveau centre réussit donc à éloigner un peu plus le citoyen de l’élu local et à contredire ses propres déclarations sur les territoires.

Tribune publiée dans le numéro de juin 2011 de Côte-d'Or Magazine.


La République ?

En Côte d’Or, la menace de l’entrée d’un élu de l'extrême-droite au sein du Conseil Général n’est pas passée loin : à 117 voix près dans le canton de Saint-Jean-de-Losne. Ni le député UMP de la 5e circonscription - celle de Jean Bouhey- ni le candidat présenté par Initiatives Côte d’Or dans ce canton ne se sont engagés au 2e tour clairement en faveur du candidat des Forces de Progrès. Alors même que nous appelions à voter pour le candidat de la droite à Beaune Nord pour faire barrage à l'extrême-droite.

Ce pourquoi nous avons décidé de présenter la candidature hautement symbolique de Roger Ganée à la présidence du Conseil Général, élu avec le soutien des seules forces politiques de la gauche et des écologistes. Qu’elles trouvent ici l’expression de nos remerciements au nom des Côtes-d’Oriens que nous représentons et des valeurs que nous défendons pour avoir permis d'éviter la honte à la Côte-d'Or.

Pour les années à venir, nous pratiquerons donc une opposition résolue et respectueuse des personnes. Nous serons intransigeants sur les politiques de solidarité et les réponses apportées aux acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Nous défendrons l’équité territoriale et les territoires ruraux abandonnés par l’Etat : 79 fermetures de classes annoncées au lendemain des élections dans notre Département… du jamais vu ! Nous continuerons à informer les habitants sur la situation financière réelle du département et sur son endettement. Nous les informerons sur les promesses démagogiques qui ont été faites et qui ne pourront être financées.

Et nous souhaitons faire entendre notre différence et nos propositions, forts de notre légitimité qui repose sur un total de 54,24 % des voix exprimées et 55,50 % de la population représentée au cours des deux derniers renouvellements.

Les mesures injustes du gouvernement UMP-NC relayées dans notre département par la majorité départementale seront dénoncées et combattues. Sur tout le territoire, qu'il soit rural ou urbain, nous serons aux côtés de ceux qui souffrent de la précarité, du chômage, des menaces sur le système éducatif,... sans distinction ni stigmatisation.

Tribune publiée dans le numéro de mai 2011 de Côte-d'Or Magazine.


Pages

Pour nous contacter

03 80 27 39 90


Secrétariat du Groupe des Forces de Progrès du Conseil départemental de la Côte-d'Or
19 boulevard de Brosses
21000 DIJON
contact [arobase] forcesdeprogres.net
           


Aller en haut